11 Nov

24 Nouvelles histoires

20 Nov

.

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

Mon coloc me trouble -01

J'avais un grand mec devant moi :

- Bonjour, je m'appelle Léo. J'ai 25 ans, je suis steward pour une grande compagnie aérienne sur long-courrier, je suis gay, et ton appartement est idéalement situé entre Roissy et Orly.

- Eh bien, voilà qui est honnête, répondis-je. Euh je sais pas trop, écoute je cherche un coloc, mais bon, là je suis pas sûr que nos styles de vie puissent être compatibles...

- Pourquoi ? Parce que je suis toujours en déplacement ou parce que je suis gay ?

Là, je me sens un peu bête devant ce super beau mec, je ne sais trop quoi lui répondre. En fait, je cherche un coloc depuis que ma copine est partie avec un pompier venu vendre des calendriers et depuis que des postulants se présentent, aucun ne fait vraiment l'affaire : trop vieux, trop sale, trop alcoolo, trop fêtard, trop pointilleux... Bref aucun n'a franchement retenu mon attention. Pour le cas de Léo, c'est différent, il est direct, plutôt sympa et surtout, pas prise de tête...

- Ok, on reprend, dis-je. Je m'appelle Tom, j'ai 24 ans, je suis étudiant en biologie, complètement hétéro, et j'ai besoin d'un coloc cool.

- Oh, je vais m'accommoder du fait que tu sois hétéro ! Cela ne me pose pas de problème. Alors quelles sont les règles ?

- Comment ?

- Oui les règles ? Pas de petits amis ici, on ne fume pas, on sépare le frigo ? On fait le ménage à tour de rôle ?

- Euh... répondis-je. En fait, je ne sais pas. On fait un essai d'un mois ou deux et puis on voit ?

- Ça roule ! Euh je peux voir ma chambre ?

L'appartement est un vaste lieu que ma grand-mère me laisse occuper à ma guise. Elle y passe une fois l'an pour venir faire du shopping à Paris ; il y a trois chambres, j'occupe la plus vaste, une autre est mon bureau, la troisième à l'écart est celle que je destine à Léo. Il semble ravi ; nous nous mettons d'accord sur le loyer ; l'affaire est conclue.

- Je pars pour le Japon demain matin, je reviens dans cinq jours. Ensuite j'emménage, OK ?

- Tiens, je te donne un double des clés. Tu t'installes quand tu veux...

À peine la porte fermée, je me demande si j'ai fait une bonne affaire... Bof ! On verra bien, soupirai-je...

Puis les jours ont passé, il s'est installé discrètement, ses va-et-vient entre deux avions sont devenus routiniers. Nous avons de bons rapports, on passe du temps ensemble à manger un morceau, à regarder un match de foot à la télé... On s'accorde plutôt bien, comme des vieux potes de fac...

Un jour de canicule, je glande à poil dans l'appart', une bière à la main, le téléphone dans l'autre, causant avec une fille de ma fac que j'ai bien l'intention de culbuter quand la porte s'ouvre et Léo entre dans son bel uniforme de steward. Je reste ébahi, je ne sais plus quoi faire ! Impossible de me planquer, de raccrocher. Je tâche de faire le gars très à l'aise sous l'oeil goguenard de Léo, lequel est mort de rire ! Je rentre dans ma chambre, je vais enfiler un caleçon, j'abrège la conversation avec la copine et je retourne voir Léo. Il est dans l'entrée et est en train de pendre son uniforme à un cintre.

- Tu ne devais rentrer que demain ! lui dis-je, un peu vexé de m'être fait prendre dans cette posture.

- Non c'était aujourd'hui, me dit-il avec malice. Alors, tu vas te la faire ?

- Je sais pas, on verra bien ! J'ai un peu raccroché vite là.

- Oh fallait pas te gêner pour moi, dit-il en continuant à se déshabiller.

Il est en boxer blanc à présent, devant moi. Je le regarde, il est vraiment bien foutu ce con ! Je vais devoir me remettre au sport pour avoir des abdos comme lui !

- Oh à propos ! poursuit-il. Jolie queue, crois-en un expert, mais tu devrais te raser les couilles, cela la mettrait en valeur. Bon allez, je vais prendre ma douche et puis au dodo, j'ai un super décalage à rattraper.

Sur ce, il enlève son boxer et me montre sa bite qui bien que flasque me paraît énorme. Elle est toute lisse et parfaitement dessinée.

- Tu vois, ça a de la gueule une queue comme cela, me dit-il en me la montrant sous différents angles.

Puis il me tape sur l'épaule, fait demi-tour et disparaît dans la salle de bain. Je reste troublé, un peu comme un con, dans le couloir. Le voir ainsi m'avait super énervé, excité, un début de gaule se faisait sentir. Je fonce dans ma chambre, m'allonge sur mon lit et commence à me branler en pensant à ce corps parfait qui est dans ma salle de bain. Pour la première fois, j'ai des envies de mec. Je m'en fiche, je me branle ! Je me touche, ma main frotte ma queue ultra bandée jusqu'à m'en faire mal. J'ouvre le tiroir de ma table de nuit, j'y récupère du lubrifiant à base de silicone que j'utilise habituellement pour sodomiser mes petites amies et me masturbe avec cette liqueur fluide. Le plaisir monte, je sens que la sève contenue dans mes couilles depuis ma dernière branle va sortir. J'éclate d'un coup, de longs jets de sperme sur mon ventre et mon cou. Je halète de plaisir, putain c'est bon !

Ma queue perd de sa rigidité, mais reste gonflée. Bon il faut que j'essuie mon corps. Dans le tiroir, pas de kleenex, sous le lit non plus... Meeerde ! J'ai les mains poisseuses. Le surplus de sperme, je le lèche - j'adore cela - mais tout n'est pas parfait. J'entrouvre la porte à deux doigts, j'écoute... pas de bruit. Léo doit dormir ! J'attends... rien. Je sors à pas de loup de ma chambre, toujours à poil, les mains grasses, un peu de sperme dans les poils de mon pubis, et je me dirige vers la cuisine où se trouve le Sopalin. Toujours pas de bruit, OK la voie est libre. J'entre dans la cuisine, déchire une feuille de Sopalin, essuie le surplus de sperme.

- Et un joli cul aussi ! retentit une voix joviale derrière moi.

Surpris, je me retourne. Léo est là, encore plus goguenard que tout à l'heure, vêtu d'un simple slip CK. Il se dirige vers le frigo, y récupère une cannette de soda et me dit :

- Bon ! Puisque tu autorises le fait d'être à poil dans l'appart', tu m'en voudras pas quand j'oublierai de m'habiller ? Hein ?

- Léo, c'est pas ce que tu crois, euh, je... bafouillai-je.

- Ben, à te voir comme ça, la queue encore un peu bandée, à croquer soit dit en passant, en train de t'essuyer avec du Sopalin, nu dans la cuisine, je crois qu'il y a un hétéro dans cet appart' qui vient de se branler ! Mais peut-être que je me trompe...

Et il tend sa main vers mon cou, puis la porte à son nez, il est hilare.

- Ça sent bien le sperme, me dit-il avec un grand sourire puis il met son doigt dans la bouche. Oui ! Ça y ressemble vachement ! Bonne nuit, Tom.

- Euh... bonne nuit Léo.

Je reste encore une fois comme un con, à poil dans la cuisine, la queue entre les jambes à me demander comment j'ai pu me mettre dans une telle situation ! Et surtout, comment m'en sortir...

À suivre...

Svven

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Mon coloc me trouble

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

arsenal-band.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à arsenal-band.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

à propos des histoires arsenal-band.ru

Dernière mise à jour publique

11 Novembre 2019

Nouvelles (16)

Le mâle en mal d'amour Yanno
Mes 2 kinés Yanno
Rodriguez veut tout connaitre Yanno
Tournage amateur Puteadispo
Tournage amateur -02 Puteadispo
1ère fois avec mon maitre Misterju
Training Omar-lille
Le cadeau de Louis Martin
L'hôtel de luxe Hugo
Plan à 3 en couple Ptitmec
Cours de Math sketfan
Dominateur -01 Acheran
Dominateur -02 Acheran
Adrian se révèle Yanno
Les 2 mannequins Yanno
Après midi à la piscine Benishereforsex

La suite (8)

Sam le partageur -02 Youg2002
Incipit 04 Renart
le slip de papa -02 Vicompte
le slip de papa -03 Vicompte
le slip de papa -04 Vicompte
Soumission & Domination -540 Jardinier
La femelle d'un rebeu 02 Sgaydu77
Un amour inaccessible 08 Miangemidemon
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home

Accueil

arsenal-band.ru

Blog de arsenal-band.ru - Contact -

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires
2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Merci!
J'aime ce site et je souhaite faire un don, du montant que je veux, juste pour aider*
(Simple et anonyme)
*Ne donne pas accès aux pages "avant-première"


Online porn video at mobile phone