Retourner en haut

NEWS :

TOP AUTEUR
LA FINALE.

16/12

29 Nouvelles histoires

23/12

71 histoires
en accès avant-première.

Accès avant-première :
Inscription suspendue
Retour en 2020

C’est quoi cet accès ?

PUBLIER

HISTOIRE

Hétéro sportif… curieux

Après tout ce qui m’est arrivé, j’en suis venu à découvrir ce site. Je ne suis pas un grand conteur, mais je sais que j’ai des choses à raconter. Et si ça permet à certains de se toucher et de se faire du bien, alors c’est tout bénéf ».
Je m’appelle Cédric, j’ai 28 ans et je voulais vous faire partager à mon tour un bout de ma vie.

L’année dernière, j’ai déménagé sur Lyon pour mon Master en Management du sport.
Lyon est une grande ville et il n’est pas forcément facile de se trouver un logement. J’ai me suis fait héberger par des amis le temps que je trouve quelque chose. J’ai profité de la fin des vacances pour me trouver un petit boulot alimentaire avant que la rentrée ne commence.
Lors de mon premier jour à la Fac de Lyon, je me suis retrouvé dans une classe de mecs posés avec qui je suis très rapidement devenu pote.
Très vite, on a enchainé les sorties et les meufs. Je suis hétéro et plutôt fier de mon corps. Avec le sport, j’ai des bras massifs et de bons pecs gonflés, mais c’est souvent mes tablettes de chocolat, mes cheveux noirs et mon allure ténébreuse qui font venir les filles jusqu’à moi.
Clairement, je ne suis pas du genre à faire dans la dentelle. J’aime les meufs aventureuses, celle qui n’ont pas peur de me mettre la main au paquet ou de se mettre à genoux. J’ai une bonne queue, pas forcément plus grande que la moyenne, mais vraiment très large. J’en ai fait couiner avec ça. Je suis plutôt fier de moi et de ma queue.

Le problème que j’avais, c’était que je n’avais pas d’appart ». Et donc je ne pouvais pas ramener de meuf chez les amis qui m’hébergeaient. Il fallait que je me trouve un autre endroit où crécher si je voulais pouvoir sauter qui je veux quand je veux.
Les premières semaines ont rapidement passé et je me suis lié d’amitié avec un mec de ma classe, Théo.
On avait plusieurs points communs, notamment sur le sport et on a commencé à aller à la salle ensemble pour pousser de la fonte. On s’aidait sur les exercices, sur la diet et les cours.
Rapidement, Théo m’a montré des photos de lui d’il y a quelques années, un gringalet qui en avait eu marre qu’on se foute de sa gueule et qui s’était mis au sport intensif. Il avait réussi à se modeler un corps franchement pas dégueulasse. Des abdos en béton et des pecs carrés. Une peau imberbe et des bras de tueur. Il avait un visage maintenant carré parsemé d’une fine barbe blonde. De grands yeux bleus qui ne cessaient de me dévisager rehaussaient ses cheveux blonds coupés courts. Je me foutais souvent de sa gueule dans les vestiaires, car il était imberbe. Aucun poil sur le torse. Il me disait que les meufs préféraient ça, mais j’étais trop fier de ma fine ligne de poils noirs qui partaient du creux de mes pecs jusqu’à mon pubis. Je le voyais me regarder de temps en temps, mais dans ma tête, c’était parce qu’il était jaloux de mon corps, mieux foutu que le sien.

Lorsqu’il a entendu parler de mes problèmes de logement, Théo m’a tout de suite dit de venir m’installer chez lui. Il avait un T3 pas loin de la place des Terreaux.
— J’ai une chambre vide, me dit-il, mon ancien coloc s’est barré. Tu pourras ramener autant de meufs que tu veux. Je m’en fout complet. T’auras pas besoin de racheter grand-chose y’a déjà un lit et tout.

J’acceptais immédiatement et le soir même, j’emménageais chez lui. Après quelques formalités administratives, j’inscrivais mon nom sur le bail. Enfin, j’avais un appart ». On a rapidement organisé une pendaison de crémaillère durant laquelle j’ai fait la rencontre de Sarah. À la fin de la soirée, elle était dans mon pieu en train de me sucer la queue. Sarah avait des nichons parfaits. Ronds, fermes, et un cul d’enfer. Mais lorsque j’ai commencé à la baiser, elle s’est mise à gueuler. D’habitude, j’aime bien ça, mais là, je n’avais pas envie de déranger Théo.
— Ferme ta gueule, ai-je intimé à Sarah en plaquant ma main contre la bouche tout en continuant à la pilonner jusqu’à ce qu’on termine notre affaire.

Elle est partie le lendemain très tôt, car elle avait cours. Je quittai la chambre quelques dizaines de minutes après elle, simplement habillé d’un boxer qui me moulait la bite. L’appartement était un vrai bordel. Des cadavres de bouteilles partout, des morceaux de chips écrasés jonchaient le sol et je vis même du coin de l’œil des mégots de cigarettes en plein milieu du salon. Théo était assis à la table de la cuisine et me regardait tout en bouffant ses flocons d’avoine.
— Désolé pour hier soir, lui dis-je. Sarah est une petite couineuse.
- « Pas grave, répondit-il simplement en passant son regard de mes yeux à mon entrejambe. Tu t’es fait plaiz » au moins.
Je rejoignis mon coloc à la table en esquivant les bouteilles.
— Pas toi ?
Théo tourna la tête.
— Pas ce coup-ci, mais peut-être une prochaine. C’est pas un problème.
— Va falloir baiser, lui lançai-je pour rire. Sinon tu vas avoir les couilles tellement pleines qu’elles vont déborder.
Il éclata d’un rire franc avant de me répondre.
— T’inquiètes, je sais très bien comment me les vider. C’est pas un souci.
Nous rangeâmes l’appartement avant de profiter de la journée pour joue aux jeux vidéos dans le salon.

Les mois passèrent et une relation d’amis s’installa avec Théo. On se confiait l’un à l’autre. Il partait souvent des soirées entières, me laissant l’appartement pour moi seul. J’en profitai pour baiser encore et encore. Partout où je pouvais, jusque dans son propre lit à lui.
Je le soupçonnais d’aller se vider les couilles ailleurs, car jamais il n’avait ramené une seule meuf ici. Il n’était pourtant pas pudique, mais c’était comme s’il ne voulait pas que je le sache en train de baiser. Je n’y faisais pas tant attention, trop heureux de pouvoir ramener une meuf à tringler sur le canapé sur salon. Lui-même me disait d’en profiter, me fixant l’entrejambe à chaque fois qu’on commençait à parler de cul.

La période des exams arriva bien vite. Je n’avais pas envie de louper mon année en passant mes soirées dans des boites ou des bars. Les examens étaient difficiles et après une première série de notes plus que moyenne, je décidais de mettre les bouchées doubles. Les seules sorties que je m’autorisais, c’était pour aller en cours, ou à mes entrainements quotidiens à la salle de sport, où Théo m’accompagnait. Il me demandait des conseils, car j’étais plus massif que lui. Mais il n’avait pas à se plaindre. Taillé en V, il avait de bons abdos et un cul sur lequel toutes les filles se retournaient.
A part cela, je restais enfermé à l’appart’ et Théo et moi révisions ensemble, ou bien chacun dans notre chambre. Nous ne faisions que ça. Ce qui signifiait que les filles, je pouvais faire une croix dessus. Je me branlais régulièrement, obligé de laisser le lot de mon foutre s’extirper de mes boules, sans quoi elles allaient exploser. J’en parlais à Théo au détour d’une de nos révisions.
— Je te comprends, pour moi c’est pareil, m’avait-il répondu. Mais y’a d’autres moyens de se soulager.
Un appel d’une de mes sœurs sur mon portable avait coupé notre conversation. Mais le soir même, allongé dans mon lit en train de m’imaginer sauter une des filles de notre classe, je me demandais ce qu’il avait voulu dire par « Y’a d’autres moyens pour se soulager ». Chaque jour j’avais les couilles prêtes à exploser dès que j’allais à la salle et que je voyais les meufs dandiner leur petit cul devant moi. Je bandais direct et m’imaginait immédiatement en train de les tringler sur un banc de développé couché.

Les examens finaux arrivèrent et avec eux, le rythme de révision s’intensifia drastiquement. Je devais faire maintenant le triste constat que je ne pouvais plus aller à la salle qui était loin, même en métro. Il me restait deux semaines avant les derniers exams du semestre. Une fois les épreuves passées, je pourrais y retourner. J’allais donc pousser de la fonte une dernière fois en me disant que mon absence ne serait pas très longue. Je complétais mes exercices en me dépassant, poussant des cris de bœufs enragés, comme si c’était la dernière fois que je pouvais utiliser ces machines. J’imprimais une dernière fois l’image de ces filles qui passaient devant moi sans me remarquer, trop occupées à prendre des selfies en utilisant le miroir. Je gardais en mémoire chacune de leurs formes, car je savais qu’elles pourraient m’aider pour mes prochaines nuits solitaires.
Lorsque je rentrais à l’appartement, j’étais claqué. Je m’achetais une bière fraiche à l’épicerie du coin. Arrivé chez moi, je constatais que Théo était dans sa chambre, de la lumière filtrait sous la porte et une musique étouffée semblait provenir de derrière elle. J’étais luisant de transpiration et crevais de chaud. Je décidai de prendre une douche et me déshabillai pour ne rester qu’en boxer qui gardait la forme de la gaulle qui me restait après la vision de ces meufs à la salle. Avant d’entrer dans la salle de bain, je me souvins de ma bière et préférai finalement la boire tranquillement devant la télé, histoire de me poser un peu, et de prendre ma douche juste après. D’un coup de pied, je roulais en boule mes fringues dans un coin du salon et me laissai tomber sur le sofa, la bière à la main. Je bus un peu en allumant la télé. Je regardai Cyril Hanouna commenter les actualités avant de m’assoupir sans m’en rendre compte.

Je rêvais de ma queue, dure comme un roc, en train de se faire sucer par une meuf sans visage, mais à la poitrine généreuse. Je souriais bêtement, fier de voir comment cette fille s’appliquait à la tâche. Soudain, un bruit de verre me réveilla. Ma bière venait de me lâcher des mains et avait glissé sur le sol. J’ouvris les yeux immédiatement.

Bedavesport

Autres histoires de l'auteur : Hétéro sportif… curieux

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

arsenal-band.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à arsenal-band.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

TON AUTEUR FAVORI... LA FINALE !

LE TOP 6 SUR 62 DEMI-FINALITES - FIN DES VOTES LE 31 DÉCEMBRE 2019
LE GAGNANT DOIT OBTENIR UNE MAJORITÉ ABSOLUE (+50%) AU PREMIER OU SECOND TOUR DE LA FINALE.

Découvre ou redécouvre les auteurs à succès

Cédric T Jardinier Marc 67
Romain XXL Yanno

Dernière mise à jour publique:
16 déc. 2019

Nouvelles | 25

Les ailes de l'ange Romain
Le peintre et le cycliste Romain
David... 795 jours Fab.
Hétéro curieux Bedavesport
Emmenagement Chopassif
Homeless Catalan66
Première au Sauna Titouan
Thibaut Yanno
Le joli garçon LE7
Veilleur de Nuit Cédric95
Gaylord Thépot
Mathéo Mathéo
No zob in job LE7
Le livreur rebeu LE7
Mon mec Yanno
La boite gay Yanno
Fabian bien dosé Yanno
Malik, Carlos et moi LE7
Dépucelage hard Minet Lope
Brahim Yanno
Lui Yanno
Sans blabla LE7
Sans blabla | 2 LE7
Sans blabla -3 LE7
Sans blabla -4 LE7

La suite | 4

Éveilleur | 6 Alex
Soumission & Domination | 544 Jardinier
Cours de Math | 02 Sketfan
Cours de Math | 03 Sketfan

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES
2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher sur le site

Plan du site


Merci!
J'aime ce site et je souhaite faire un don, du montant que je veux, juste pour aider* *Ne donne pas accès aux pages "avant-première"


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Online porn video at mobile phone